Ces ceps que l’on brûle, c’est un peu de notre civilisation qui part en fumée.

Ce matin du 18 avril 2024, dans l’Entre-deux-Mers, là où est né il y a 2000 ans le vignoble bordelais, la fumée des ceps de vigne se mêle à celle des bougies feux allumées contre le gel. Les viticulteurs brûlent les ceps qu’ils ont dû arracher faute de pouvoir écouler leurs vins, tandis qu’ils protègent les vignes subsistantes d’un gel tardif. Voilà deux des combats de ce printemps dans le vignoble bordelais.

Alors que les autorités françaises se félicitent d’avoir divisé par deux et demi la consommation d’alcool pur par Français depuis 1960, les effets pervers de ce résultat sont peu soulignés. D’une part, la consommation de tabac, qui a culminé vers 1990-1995, est revenue à son niveau de départ. … Lire la suite

L’article Ces ceps que l’on brûle, c’est un peu de notre civilisation qui part en fumée. est apparu en premier sur Au fil de l’eau.

Cet article est paru en premier sur le site https://yves-damecourt.com/ces-ceps-que-lon-brule-cest-un-peu-de-notre-civilisation-qui-part-en-fumee/