De nouveaux combats pour 2024

La Quadrature du Net défend depuis quinze ans les droits et les libertés fondamentales de toutes et tous à l’ère du numérique. Ces quinze années de combat n’auraient pas été possibles sans vous, merci beaucoup ! Et nous avons besoin de vous pour continuer la lutte en 2024 !

Les chantiers que nous suivons depuis quinze ans déjà, vous les connaissez sans doute : contre la criminalisation du partage de la culture depuis la loi Hadopi de 2008, pour la neutralité du Net, contre l’exploitation des données personnelles et la tyrannie de la publicité en ligne, contre la censure et la surveillance du Web par les États, contre la Technopolice, les drones et la vidéosurveillance algorithmique.

Mais de nouvelles questions surgissent, de nouveaux fronts se réactivent, où nous sentons que nous pouvons jouer un rôle utile. On a vu les administrations publiques s’armer d’algorithmes dans la guerre aux pauvres et aux « fraudeurs », avec pour effet l’amplification des discriminations structurelles, le tout sous sous prétexte de modernité caricaturale, de pseudo-efficacité et de « dématérialisation ». On a vu la logique de la surveillance s’immiscer partout et s’étendre à tous les aspects de nos vies publiques et intimes. D’abord pour les besoins d’une surenchère publicitaire qui a transformé le web en gigantesque galerie marchande, où chacune de nos curiosités, chacun de nos intérêts et chacune de nos relations amoureuse ou amicale devient l’enjeu d’une vente, d’un produit, ou d’un « service » toujours plus inutile et farfelu. Ensuite, et surtout, pour les besoins d’un pouvoir politique et étatique friand de fichage et toujours plus intrusif, beaucoup trop content d’exploiter nos innombrables traces numériques pour mieux nous surveiller, nous connaître, et anticiper nos comportements politiques et sociaux. Face à ces défis, nous voulons amplifier de nouveaux chantiers — sans pour autant oublier ceux sur lesquels nous travaillons déjà.

D’abord, nous continuerons de porter toujours plus loin et toujours plus haut (ça tombe bien, on entre dans une année olympique) l’idée d’un Web interopérable. L’Internet ouvert et horizontal des débuts, qui fut une réalité incontestable, s’est retrouvé ces quinze dernières années mis en « silos » par les grandes plateformes et les réseaux sociaux privés (Facebook, Twitter, Instagram bien sûr, mais aussi YouTube, etc.). Aujourd’hui, quitter un de ces réseaux c’est perdre les relations et les échanges qui sont tout le sel du Web. Alors que si les différents services sont interopérables, on peut déménager sans perdre de vue personne, et choisir l’environnement dans lequel on se sent libre de s’exprimer sans être soumis à l’hostilité qui fait vivre les plateformes et détruit le tissu des sociétés. Nous porterons avec entêtement cette idée simple, qui a déjà une réalité technique dans le Fédivers par exemple), jusqu’à ce que les lois européennes et françaises en fassent un principe de base du Web et de l’Internet en général.

Nous allons aussi continuer notre travail d’enquête et de lutte contre les algorithmes de contrôle social, jusqu’à leur disparition. Aujourd’hui, des algos de « scoring » ou de profilage traquent les bénéficiaires des minima sociaux, que ce soit à la CAF, à Pôle Emploi ou ailleurs, pour transformer en enfer la vie des personnes les plus précaires, sous prétexte de lutter contre les abus. En réalité, ici comme ailleurs, l’outil numérique n’a servi qu’à introduire une surveillance très fine des vies les plus ordinaires pour contester les droits des personnes et criminaliser les comportements marginaux. Le numérique ne doit pas être l’instrument complaisant d’une politique sociale qui déresponsabilise la société dans son ensemble et déshumanise les personnes. Nous ferons tout pour que ces outils dangereux soient remplacés par une volonté d’humanité et le désir d’une société plus aimante et plus juste.

Ensuite, nous défendrons partout où il le faudra le droit au chiffrement des données et des communications. C’est une vieille lune des États, quels qu’ils soient : accéder aux correspondances des citoyens pour des raisons de police. « Le cabinet noir », c’était autrefois ce lieu secret métaphorique où la police lisait discrètement les lettres des opposants avant de les remettre en circulation. Alors que le numérique menace de rendre tout transparent aux yeux du pouvoir, le chiffrement des données a rétabli un peu de l’équilibre perdu entre secret des correspondances et la prétention du « cabinet noir » à tout voir. Sans le chiffrement des communications, n’importe qui d’un peu déterminé peut accéder aux photos et aux blagues que vous échangez avec votre famille, aux échanges scientifiques inaboutis des chercheurs, aux discussions des groupes politiques ou syndicaux, etc. Le secret des communications est un des piliers de la démocratie bien tempérée : la transparence totale des opinions aux yeux de l’État est exactement la définition d’un régime policier. Pour mille raisons, dont le fait qu’il s’agit d’un droit fondamental, nous devons donc défendre notre droit au chiffrement et au secret contre tous les sophismes sécuritaires et policiers. Et plus les États voudront forcer ce droit au secret, plus nous aurons de raisons urgentes de le protéger.

Enfin, nous ne pouvons plus longtemps faire l’impasse sur les dangers immédiats et majeurs que notre mode de vie numérique fait collectivement peser sur les conditions de notre survie, et celle d’innombrables autres espèces. L’écosystème dont nous faisons partie craque de toutes parts, on le sait, on le voit, et la surproduction numérique a largement sa part dans ce désastre. Porté par le culte incontesté de la croissance et de la nouveauté permanente, le numérique entraîne avec lui une industrie colossale et polluante, qui détruit des territoires et des vies, pour alimenter notre ivresse d’écrans et de connectivité.
Des mines de cobalt et de lithium jusqu’aux entrepôts des géants de la distribution mondiale, de la frénésie consumériste à l’économie de l’attention qui nous retient avec des procédés d’addiction, le numérique est aujourd’hui sans conteste un facteur de destruction autant que d’échanges, de liberté et de savoir. Il faut donc rendre au « digital » le poids de son corps, à la « dématérialisation » sa matérialité, pour réfléchir aux outils et aux usages qui nous paraissent devoir être sauvés, préservés, cultivés ou inventés, et ceux auxquels ils nous faut renoncer.

Vaste programme ! Et on ne s’arrêtera pas à cela. Notre campagne Technopolice va connaître des rebondissements avec l’expérimentation prochaine de la vidéosurveillance algorithmique légalisée par la loi relative aux Jeux Olympiques. Nous voulons aussi participer de manière plus résolue à lutter contre la surveillance numérique croissante à laquelle font face les groupe militants. Enfin, nous envisageons d’ouvrir un front contre l’« intelligence artificielle », qui déferle partout sans qu’une résistance organisée puisse y faire face.

Tout cela pour vous dire à quel point votre soutien et vos dons seront précieux pour cette nouvelle année qui s’annonce !
Faire un don !

L’équipe de La Quadrature du Net

Cet article est paru en premier sur laquadrature.net

Cet article est paru en premier sur le site https://www.laquadrature.net/2023/11/15/de-nouveaux-combats-pour-2024/