Règlement CSAR : la surveillance de nos communications se joue maintenant à Bruxelles

Il y a un peu plus d’un an, la Commission européenne proposait l’un des pires textes jamais pensés sur le numérique : le règlement CSAR, également appelé « Chat control ». Affichant l’objectif de lutter contre les abus sexuels sur les enfants, cette proposition vise en réalité à créer un outil inédit de surveillance des communications. Dès le dépôt de ce projet de règlement, partout en Europe, associations et expert·es se sont insurgé·es contre cette initiative car elle reviendrait à mettre fin au chiffrement des communications. Aujourd’hui, bien que les critiques sont aujourd’hui plus nombreuses encore, les discussions avancent rapidement à Bruxelles, laissant présager une adoption très prochaine du texte. Afin de comprendre ses enjeux et aider à renforcer la mobilisation, nous revenons sur le contenu de ce règlement qui pourrait signer la fin de toute confidentialité des échanges en ligne.

La genèse du projet

Le 11 mai 2022, la Commission européenne lâchait une bombe dans le monde du numérique en publiant sa proposition de règlement « établissant des règles en vue de prévenir et de combattre les abus sexuels sur enfants ». Dénommé « Chat control » ou « CSAR » (pour « Child sexual abuse regulation »), ce texte vise à obliger les fournisseurs de contenus en ligne à détecter des contenus d’abus sexuels de mineurs en analysant les conversations de leurs utilisateur·ices.

Cette initiative s’inspire d’outils mis en œuvre depuis plusieurs années par les grandes entreprises du web. Meta, par exemple, analyse de façon proactive l’ensemble des messages échangés sur Facebook Messenger ainsi que les données non chiffrées de Whatsapp (photos de profil ou groupe, descriptions, …) en vue de détecter des images connues d’exploitation d’enfants. En 2021, Apple annonçait mettre en place un outil d’analyse des données de ses clients hébergées sur iCloud afin de les comparer à une base de données de contenus signalés comme liés à de la pédopornographie, tout comme Microsoft qui a développé l’outil de comparaison PhotoDNA.

Dès 2020, la Commission avait commencé à laisser présager son appétence pour ce type d’outils dans sa « stratégie de lutte contre les abus sexuels commis contre les enfants » qui a débouché en 2021 sur l’adoption d’un règlement
sur le sujet. Celui-ci autorisait, de façon temporaire pendant trois ans, les services de communication électronique à faire de l’analyse de contenus en vue de détecter ceux liés à ce type d’abus. Si cette possibilité était facultative et devait reposer sur leurs conditions générales, une telle inscription formelle dans la loi légitimait néanmoins les initiatives et techniques de surveillance des grandes plateformes, renforçant par là même leur pouvoir hégémonique, sans qu’aucune évaluation de la pertinence de ces méthodes ne soit par ailleurs réalisée.

Cette autorisation prend fin en 2024 et c’est pour cette raison que le CSAR a été proposé. Mais contrairement au règlement temporaire qui ne faisait que l’autoriser, ce projet de règlement impose de façon obligatoire la détection de ces contenus pédopornographiques sous certaines conditions, mettant donc fin à toute forme de confidentialité. Depuis le début des discussions il y a un an et demi, le réseau européen EDRi, dont La Quadrature du Net fait partie, a fourni un travail d’analyse considérable sur ce texte, que vous pouvez retrouver dans leur « position paper » ou, de façon plus condensée, dans leur brochure (en anglais). Nous vous résumons ici les principaux enjeux autour de ce règlement.

Le contenu du règlement

Le règlement CSAR vise à s’appliquer à un nombre très important d’acteurs. Entrent ainsi dans le champ d’application tous les « fournisseurs de services de communications interpersonnelles », c’est-à-dire les messageries en ligne telles que Signal, Whatsapp ou Telegram, les fournisseurs de mail, les applications de rencontre mais également les messageries qui ne sont qu’une fonction accessoire à d’autres services, comme dans les jeux par exemple. Rentrent également dans le champ d’application les « fournisseurs de services d’hébergement » tels que NextCloud, iCloud, DropBox ou les hébergeurs associatifs des CHATONS, les boutiques d’applications ainsi que les réseaux sociaux.

Ces fournisseurs seraient contraints à mettre en œuvre une surveillance considérable de leurs utilisateur·ices. D’une part, les articles 3 et 4 prévoient qu’ils obéissent à une obligation d’évaluer et réduire au maximum les risques de partage de contenus pédopornographiques sur les services concernés. Cela impliquerait de fournir, via une étude d’impact, des éléments sur le fonctionnement et l’usage de leur outil afin de théoriquement anticiper les risques pour identifier les mesures d’atténuation correspondantes. Les fournisseurs devraient ainsi être en capacité de donner des informations sur quel type d’utilisateur·rice (personne majeure, mineure..) utilisent leur service et quel type de contenu (vidéo, texte..) y sont échangés. Cette obligation est pourtant incompatible avec un des principes de base de respect de la vie privée sur lesquels repose le fonctionnement de nombreux services : l’absence de collecte de ce type de données personnelles. Ces prestataires seraient alors dans une position intenable car, pour se conformer à cette nouvelle réglementation, ils devront changer de modèle et commencer à recueillir des informations qu’aujourd’hui ils ne possèdent pas. Le règlement CSAR reviendrait pour eux à abandonner leur promesse de confidentialité, garantie notamment par le recours au chiffrement et l’anonymisation de données.

En outre, l’article 6 du CSAR préconise que les fournisseurs aient recours à des solutions de vérification d’âge pour remplir cet objectif de réduction des risques. Or, non seulement aucun outil viable et respectueux de la vie privée n’existe réellement à ce jour mais, surtout, le recours à ce genre de solution pose de sérieux problèmes quant à la protection de l’anonymat en ligne, comme nous le rappelions récemment dans notre analyse de la loi française SREN. Au final, le texte pousse pour privilégier la mise en place de mesures coercitives et remet frontalement en cause le droit à la vie privée.

D’autre part, ces acteurs auront l’obligation de répondre à toute « injonction de détection » émise par un juge ou une autorité administrative. Ainsi, les articles 7 à 11 prévoient que, s’il existe « un risque important que le service soit utilisé à des fins d’abus sexuels sur enfants en ligne », les fournisseurs pourront se voir obligés d’installer au cœur même de leur application ou infrastructure des outils leur permettant de scanner les données qui y transitent, afin d’y détecter de potentiels contenus liés aux abus sexuels d’enfants.

Plus précisément les fournisseurs devront repérer trois types de données :

  • Des contenus « connus » c’est-à-dire des images ou des vidéos déjà répertoriées par les autorités comme liées à de la pédopornographie ou des abus sexuels d’enfants.
  • Des contenus « inconnus » c’est-à-dire des photos ou vidéos susceptibles de constituer de la pédopornographie, mais qui n’auraient pas été identifiées comme telles. Pour trouver ces contenus, les services devront utiliser des outils fondés sur de l’intelligence artificielle qui identifieront des corrélations entre les contenus partagés et des indicateurs prédéfinis (par exemple de la peau nue).
  • Des activités consistant à solliciter des enfants (appelé « pédopiégeage »). Il s’agit de détecter des comportements « types » de personnes qui rentrent en contact avec des enfants, à nouveau à partir de modèles statistiques et probabilistes fondés sur de l’intelligence artificielle.

Concrètement, il s’agira de mettre en œuvre une technique de « client side scanning » (littéralement « analyse côté client »), c’est-à-dire analyser directement sur les appareils des utilisateur·ices les données qui y transitent. Lorsqu’un internaute enverra un message ou postera une publication via un des services concernés par une injonction, ce contenu sera analysé avant envoi. Plus précisément, ce sont des « hash », c’est-à-dire des empreintes numériques liées aux images, qui seront examinées. Ce hash sera alors comparé à une base de données déjà constituée de contenus relatifs à des abus sexuels d’enfants. Si le hash correspond avec une photo de la base, une alerte est déclenchée. Dans le cas contraire, cela signifie que le contenu doit être qualifié d’« inconnu » et un outil d’analyse supplémentaire vérifiera alors s’il existe des corrélations ou similitudes avec des contenus d’abus sexuels pour déclencher une alerte le cas échéant.

Le cheval de Troie de la Commission : vers la fin du chiffrement

En affichant l’objectif de protéger les enfants, l’Union européenne tente en réalité d’introduire une capacité de contrôle gigantesque de l’ensemble des vies numériques, concrétisant le rêve de surveillance de tout gouvernement. Ce texte a fait l’objet de tant de réactions qu’EDRi se demande si le CSAR ne serait pas la loi européenne la plus critiquée de tous les temps. Les critiques contre ce texte viennent des institutions européennes elles-mêmes, mais aussi d’organisations de défense des enfants en passant par les acteurs de la tech, ainsi que de scientifiques et chercheur·es où 465 d’entre eux ont signé une lettre contre cette proposition. Et à raison.

Sur le plan technique, il faut comprendre que les injonctions de détections obligent les fournisseurs à analyser toutes les communications de l’ensemble des utilisateur·ices des services concernés. Et puisque les messages sont alors analysés avant d’être envoyés à leurs destinataires, cela supprime non seulement toute confidentialité mais cela rendra également inutile toute technique de chiffrement appliquée ultérieurement, c’est-à-dire une fois que le message à quitté l’appareil de l’utilisateur·ice. L’objectif premier du chiffrement est d’empêcher un tiers de lire le message. Le CSAR vise pourtant précisément à permettre une telle lecture tierce. De même, la recherche de photo ou vidéo « inconnue » est totalement inacceptable. En pratique, le risque de « faux positifs » est énorme et cela signifie que pourraient faire l’objet d’une alerte des contenus tout à fait légitimes tels le corps d’adulte d’apparence trop juvénile, une photo d’enfant envoyée dans un cadre familial ou encore des ados échangeant de façon consentante.

Enfin, appliqué au cas particulier de la détection de contenus pédopornographiques, envisager la constitution et l’utilisation d’une telle base de données ne prend pas en compte la réalité des humains devant la manipuler, l’alimenter, et qui seront confrontés à des contenus difficiles quotidiennement. Sans parler du fait que les images des enfants victimes seront conservées pour « améliorer » l’efficacité de ces outils.

Non seulement le CSAR crée des obligations disproportionnées et implique des techniques extrêmement intrusives, mais surtout ces mesures sont loin d’être pertinentes pour atteindre l’objectif crucial de protection des enfants et de lutte contre les abus sexuels. En effet, aucune étude sérieuse n’a été fournie sur l’adéquation, la fiabilité ou la pertinence de telles mesures extrêmement intrusives. Au contraire, il a été révélé par l’association allemande Gesellschaft für Freiheitsrechte que la Commission fondait sa proposition sur les seules allégations de l’industrie, particulièrement la fondation Thorn et Meta, pour justifier ce projet de règlement. Des institutions policières et judiciaires, comme en Allemagne par exemple, ont elles aussi exprimé leurs réserves sur l’utilité de ces dispositifs pour leurs enquêtes dès lors que cela ne répond pas aux problématiques qu’ils rencontrent au quotidien.

Par ailleurs, depuis le début de la campagne contre ce texte, beaucoup de ressources ont été produites pour démontrer que la protection des enfants contre les abus passait principalement par des politiques de prévention ou d’éducation et que toute éventuelle réponse pénale devait être encadrée par des mesures ciblées et fondées sur des preuves tangibles. Comment a-t-on pu alors en arriver là ?

La tentation autoritaire des États

Cette proposition législative est une solution largement conçue par l’industrie, et ensuite généralisée par les élites politiques qui illustrent ainsi une nouvelle fois leur absurde propension au « solutionnisme technologique » et au renforcement de la surveillance numérique. Pour rendre acceptable ces mesures de surveillance, elles affichent un objectif qui fait l’unanimité. Mais tout le monde sait que la stratégie consiste avant tout à affaiblir le niveau de sécurité et de confidentialité des communications numériques. Depuis les crypto-wars des années 1990, un certain nombre d’États affirment que les technologies protégeant la vie privée, et principalement le chiffrement des communications, sont un obstacle aux enquêtes policières. De fait, ces technologies sont conçues pour cela, puisque c’est à cette condition qu’elle garantissent à toutes et tous la possibilité de contrôler nos modes d’expression et de communication. L’une des plus importantes conséquences des révélations du lanceur d’alerte de la NSA Edward Snowden, il y a dix ans, fut justement une démocratisation de la pratique du chiffrement et, à l’époque, l’établissement d’un relatif consensus en faveur du droit au chiffrement au plan institutionnel. Mais police et gouvernements sont gênés, et l’on assiste depuis plusieurs années au retour de positionnements autoritaires de dirigeants prenant tour à tour l’excuse du terrorisme, de la criminalité organisée et de la pédopornographie pour obtenir sa remise en cause.

En France, aussi bien Bernard Cazeneuve qu’Emmanuel Macron ont déjà affirmé leur volonté de contrôler les messageries chiffrées, rêvant ainsi de percer l’intimité des millions de personnes qui les utilisent. Au cours d’une audition devant le Sénat le 5 avril dernier, Gérald Darmanin a expressément demandé pouvoir casser le chiffrement des militant·es écologistes et de « l’ultragauche », qui auraient une « culture du clandestin ». Aussi avons-nous récemment exposé comment, dans l’affaire dite du « 8 décembre », les services de renseignement et de police ont construit une narration similaire autour de l’utilisation d’outils respectueux de la vie privée par les personnes inculpées (Signal, Tor, Tails…), afin de dessiner le portrait de personnes criminelles ayant des choses à cacher ou la volonté de fuir la police. Au niveau européen, des fuites ont révélé l’intention de plusieurs États de réduire le niveau de sécurité du chiffrement de bout-en-bout, tels que l’Espagne qui veut tout simplement y mettre fin.

Le règlement CSAR s’inscrit dans cette continuité et constitue une opportunité parfaite pour les États membres pour enfin concevoir et généraliser un outil de surveillance des échanges de la population et ainsi mettre fin aux obstacles posés par les services trop protecteurs de la vie privée. Mais passer ce cap, c’est supprimer toute confidentialité des communications qui passeraient par des infrastructures numériques. L’intégrité et la sécurité de ces dernières ne pourraient alors plus jamais être garanties dès lors que cette « porte dérobée » existe. C’est créer des occasions, aussi bien pour les États que les acteurs malveillants, de détourner et d’abuser de cette capacité d’entrer dans les téléphones et ordinateurs de la population. Enfin, c’est ouvrir une brèche, un espace à surveiller qui n’existait pas auparavant, et qui sera nécessairement étendu dans le futur par de nouvelles législations pour repérer d’autres types de contenus.

Ce risque est dénoncé par des services tels que Signal, Proton ou Matrix, qui proposent des communications chiffrées de bout-en-bout et sécurisées — et promettent donc une confidentialité presque intégrale. Cette proposition viendrait casser leur promesse en les obligeant à analyser les contenus et à créer une vulnérabilité dans leurs technologies. Ce risque a également été récemment dénoncé par Apple : pour justifier la fin de l’analyse des contenus hébergés sur iCloud, l’entreprise expliquait que la technologie utilisée est trop dangereuse en termes de sécurité et de respect de la vie privée1Néanmoins, il faut relativiser cette prise de position dès lors que la firme continue d’expérimenter une technologie similaire dans une fonction facultative dénommée « Communication Safety » qui recherche de la nudité directement sur les terminaux. jQuery(‘#footnote_plugin_tooltip_21184_2_1’).tooltip({ tip: ‘#footnote_plugin_tooltip_text_21184_2_1’, tipClass: ‘footnote_tooltip’, effect: ‘fade’, predelay: 0, fadeInSpeed: 200, delay: 400, fadeOutSpeed: 200, position: ‘top right’, relative: true, offset: [10, 10], });.

En Grande-Bretagne, où est actuellement discuté un projet de loi similaire, le Online Safety Bill, Signal et Whatsapp ont menacé de supprimer leur service du pays si ce texte venait à passer. Face à cette fronde, les Britanniques ont très récemment annoncé suspendre la mise en œuvre de cette mesure au regard de l’infaisabilité à ce stade de protéger le chiffrement de bout-en-bout. Cependant, la mesure est toujours dans la loi et pourrait donc être applicable un jour. À Londres comme à Bruxelles, la bataille est loin d’être finie.

Refuser et agir

Il est donc urgent d’agir pour arrêter cette nouvelle initiative qui créerait un grave précédent et donnerait aux États une légitimité pour pousser toujours plus loin l’intrusion dans les communications. Mais les discussions avancent vite à Bruxelles. D’un coté, le Conseil, organe regroupant les gouvernements des États membres, doit publier sa position sur ce texte d’ici fin septembre. Celle-ci s’annonce très mauvaise, poussée par plusieurs États – France en tête. Certains États comme l’Allemagne ou l’Autriche auraient néanmoins exprimé des réserves quand à l’incompatibilité de cette dernière version par rapport à leur propre position officielle. Une lettre ouverte a été signée le 13 septembre par plus de 80 organisations, dont La Quadrature, pour que les États membres n’adoptent pas le CSAR dans sa version actuelle.

De l’autre coté, le Parlement européen devra également adopter sa version du texte, d’abord en commission en octobre puis en novembre en séance plénière. Si beaucoup d’eurodéputé·es s’opposent au texte, cela ne suffira sans doute pas à bloquer son adoption. Pour agir, nous vous invitons à rejoindre la campagne « Stop Scanning me » menée par une coalition d’organisations et à partager le plus possible les informations sur la mobilisation en cours2Aussi, vous pouvez regarder cette conférence faite au dernier Chaos Communication Camp sur le combat contre Chat control (en anglais). jQuery(‘#footnote_plugin_tooltip_21184_2_2’).tooltip({ tip: ‘#footnote_plugin_tooltip_text_21184_2_2’, tipClass: ‘footnote_tooltip’, effect: ‘fade’, predelay: 0, fadeInSpeed: 200, delay: 400, fadeOutSpeed: 200, position: ‘top right’, relative: true, offset: [10, 10], });. Vous pouvez également appeler des parlementaires européens pour les inviter à rejeter ce texte.

Et si vous le pouvez n’hésitez pas à faire un don à La Quadrature ou à EDRi qui agit à Bruxelles. Merci !

References[+]

References
1 Néanmoins, il faut relativiser cette prise de position dès lors que la firme continue d’expérimenter une technologie similaire dans une fonction facultative dénommée « Communication Safety » qui recherche de la nudité directement sur les terminaux.
2 Aussi, vous pouvez regarder cette conférence faite au dernier Chaos Communication Camp sur le combat contre Chat control (en anglais).

function footnote_expand_reference_container_21184_2() { jQuery(‘#footnote_references_container_21184_2’).show(); jQuery(‘#footnote_reference_container_collapse_button_21184_2’).text(‘−’); } function footnote_collapse_reference_container_21184_2() { jQuery(‘#footnote_references_container_21184_2’).hide(); jQuery(‘#footnote_reference_container_collapse_button_21184_2’).text(‘+’); } function footnote_expand_collapse_reference_container_21184_2() { if (jQuery(‘#footnote_references_container_21184_2’).is(‘:hidden’)) { footnote_expand_reference_container_21184_2(); } else { footnote_collapse_reference_container_21184_2(); } } function footnote_moveToReference_21184_2(p_str_TargetID) { footnote_expand_reference_container_21184_2(); var l_obj_Target = jQuery(‘#’ + p_str_TargetID); if (l_obj_Target.length) { jQuery( ‘html, body’ ).delay( 0 ); jQuery(‘html, body’).animate({ scrollTop: l_obj_Target.offset().top – window.innerHeight * 0.2 }, 380); } } function footnote_moveToAnchor_21184_2(p_str_TargetID) { footnote_expand_reference_container_21184_2(); var l_obj_Target = jQuery(‘#’ + p_str_TargetID); if (l_obj_Target.length) { jQuery( ‘html, body’ ).delay( 0 ); jQuery(‘html, body’).animate({ scrollTop: l_obj_Target.offset().top – window.innerHeight * 0.2 }, 380); } }

Cet article est paru en premier sur laquadrature.net

Cet article est paru en premier sur le site https://www.laquadrature.net/2023/09/18/reglement-csar-la-surveillance-de-nos-communications-se-joue-maintenant-a-bruxelles/