VSA et Jeux Olympiques : Coup d’envoi pour les entreprises de surveillance

Après des mois d’attente, les entreprises chargées de mettre en place la vidéosurveillance algorithmique dans le cadre de la loi Jeux Olympiques ont été désignées. Sans grande surprise, il s’agit de sociétés s’étant insérées depuis plusieurs années dans le marché de cette technologie ou entretenant de bonnes relations avec l’État. Les « expérimentations » vont donc commencer très prochainement. Nous les attendons au tournant.

Un marché juteux

Rappelez-vous : le 17 mai 2023, le Conseil constitutionnel validait le cadre législatif permettant à la police d’utiliser la vidéosurveillance algorithmique (VSA) en temps réel, après plusieurs mois de bataille législative en plein mouvement des retraites. Depuis, que s’est-il passé ? Un appel d’offres a tout d’abord été publié dès l’été pour lancer la compétition entre les nombreuses entreprises qui ont fleuri ces dernières années dans le secteur. Ce marché public, accompagné de clauses techniques, décrit les exigences auxquelles devront se soumettre les entreprises proposant leurs services et, en premier lieu, les fameuses situations et comportements « suspects » que devront repérer les logiciels afin de déclencher une alerte. En effet, la loi avait été votée à l’aveugle sans qu’ils soient définis, ils ont ensuite été formalisés par un décret du 28 août 2023.

Comme nous le l’expliquons depuis longtemps1Pour une analyse plus approfondie de nos critiques sur la VSA, vous pouvez lire notre rapport de synthèse envoyé aux parlementaires l’année dernière ou regarder cette vidéo de vulgarisation des dangers de la VSA. jQuery(‘#footnote_plugin_tooltip_23003_2_1’).tooltip({ tip: ‘#footnote_plugin_tooltip_text_23003_2_1’, tipClass: ‘footnote_tooltip’, effect: ‘fade’, predelay: 0, fadeInSpeed: 200, delay: 400, fadeOutSpeed: 200, position: ‘top right’, relative: true, offset: [10, 10], });, ces comportements n’ont pour beaucoup rien de suspect mais sont des situations pour le moins banales : détection de personne au sol après une chute (attention à la marche), non-respect du sens de circulation commun par un véhicule ou une personne (attention à son sens de l’orientation), densité « trop importante » de personnes, mouvement de foule (argument répété sans cesse pendant les débats par Darmanin) mais aussi détection d’armes, de franchissement de zone, d’objets abandonnés ou de départs de feu. Le tout pour 8 millions d’euros d’acquisition aux frais du contribuable.

Sans surprise, ces huit cas d’usage pour les algorithmes commandés par l’État dans le cadre de cette expérimentation correspondent à l’état du marché que nous documentons depuis plusieurs années au travers de la campagne Technopolice. Ils correspondent aussi aux cas d’usage en apparence les moins problématiques sur le plan des libertés publiques (l’État se garde bien de vouloir identifier des personnes via la couleur de leurs vêtements ou la reconnaissance faciale, comme la police nationale le fait illégalement depuis des années). Et ils confirment au passage que cette « expérimentation » est surtout un terrain de jeu offert aux entreprises pour leur permettre de développer et tester leurs produits, en tâchant de convaincre leurs clients de leur intérêt.

Car depuis des années, la VSA prospérait à travers le pays en toute illégalité – ce que nous nous efforçons de dénoncer devant les tribunaux. Ces sociétés ont donc œuvré à faire évoluer la loi, par des stratégies de communication et d’influence auprès des institutions. Le déploiement de cette technologie ne répond à aucun besoin réellement documenté pour les JO2Si les Jeux Olympiques constituent sans aucun doute un moment « exceptionnel » au regard du nombre inédit de personnes qui seront au même moment dans la région parisienne, la surveillance n’est pas la réponse à apporter. Nous démontions l’année dernière l’idée selon laquelle les technologies sécuritaires auraient pu modifier le cours du « fiasco » de la finale de la Ligue des champions au Stade de France. Comme nous l’exposons, celle-ci n’était causée par rien d’autre qu’une mauvaise gestion stratégique du maintien de l’ordre. Pour pallier à ces défaillances humaines, auraient été utiles non pas la VSA ou la reconnaissance faciale mais un véritable savoir-faire humain de gestion de la foule, des compétences logistiques, des interlocuteurs parlant plusieurs langues…. jQuery(‘#footnote_plugin_tooltip_23003_2_2’).tooltip({ tip: ‘#footnote_plugin_tooltip_text_23003_2_2’, tipClass: ‘footnote_tooltip’, effect: ‘fade’, predelay: 0, fadeInSpeed: 200, delay: 400, fadeOutSpeed: 200, position: ‘top right’, relative: true, offset: [10, 10], });mais résulte uniquement d’une convergence d’intérêts (économiques pour le secteur, politiques pour les décideurs publics et autoritaires pour la police qui accroît toujours plus son pouvoir de contrôle), le tout enrobé d’un double opportunisme : l’exploitation du discours de promotion de l’innovation et l’instrumentalisation, comme dans bien d’autres pays hôtes avant la France, du caractère exceptionnel des Jeux olympiques pour imposer ces technologies.

Après plusieurs mois de tests et de mises en situation, retardées par le fait qu’une entreprise a contesté en justice les conditions du marché, celui-ci a donc été attribué au début du mois de janvier. Le marché est divisé en quatre lots géographiques. La start-up Wintics installera ses logiciels en Île-de-France quand Videtics se chargera de l’Outre-Mer et d’un ensemble de régions du Sud (Provence Alpes Cote d’Azur, Rhône-Alpes et Corse). Pour les autres régions de France, c’est Chapsvision qui a été désignée. Cette entreprise omniprésente dans les services de l’État et qui se veut le nouveau Palantir français, vient de racheter la start-up de VSA belge ACIC. Enfin, Wintics s’est également vu attribuer la surveillance des transports (comprenant gares et stations). Quant à Orange Business Service – en partenariat avec Ipsotek, filiale d’Atos (nouvellement Eviden), elle est également attributaire au 3e rang du lot des transports, c’est à dire mobilisable en cas de défaillance de Wintics. Du beau monde !

Une évaluation incertaine

Ces entreprises pourront ainsi mettre à disposition leurs algorithmes, bien au-delà des seuls Jeux olympiques puisque cette expérimentation concerne tout « évènement récréatif, sportif et culturel », et ce jusqu’au 31 mars 2025 soit bien après la fin des JO. Elle sera par la suite soumise à une « évaluation » présentée comme particulièrement innovante mais dont les modalités avaient en réalité été envisagées dès 2019 par Cédric O, alors secrétaire d’État au numérique, comme une manière de légitimer la reconnaissance faciale. Ces modalités ont été précisée par un second décret en date du 11 octobre 2023. Ainsi, un « comité d’évaluation » verra prochainement le jour et sera présidé par Christian Vigouroux, haut fonctionnaire passé par la section Intérieur du Conseil d’État. Le comité sera divisé en deux collèges distincts. Le premier réunira les « utilisateurs » de la VSA, c’est à dire la police, la gendarmerie, la SNCF, etc. Le second rassemblera des « personnalités qualifiées » telles que des experts techniques, des spécialistes du droit des données personnelles et des libertés publiques ou encore des parlementaires. Ils devront déterminer et mettre en œuvre un protocole d’évaluation qui ne sera rendu public qu’à la fin de l’expérimentation en mars 2025.

Mais il ne faut pas se leurrer. Au regard de l’agenda politique de ces entreprises et des autorités qui veulent, à long terme, légaliser ces outils et de façon générale toute forme de surveillance biométrique3Plusieurs rapports parlementaires préconisent déjà d’aller plus loin en généralisant le recours à la reconnaissance faciale en temps réel ou la VSA en temps différé, massivement utilisée de façon illégale dans les enquêtes judiciaires. Voir ainsi le rapport de 2022 des sénateurs Marc-Philippe Daubresse (LR), Arnaud de Belenet et Jérôme Durain (PS) sur « la reconnaissance biométrique dans l’espace public » et le rapport de 2023 des députés Philippe Latombe (Modem) et Philippe Gosselin (LR) « sur les enjeux de l’utilisation d’images de sécurité dans le domaine public dans une finalité de lutte contre l’insécurité ». Le gouvernement français s’est également ménagé d’importantes marges de manœuvre pour ce faire à travers son lobbying féroce autour du règlement IA, afin de tenir en échec toute limitation un tant soit peu significative de la surveillance biométrique des espaces publics. jQuery(‘#footnote_plugin_tooltip_23003_2_3’).tooltip({ tip: ‘#footnote_plugin_tooltip_text_23003_2_3’, tipClass: ‘footnote_tooltip’, effect: ‘fade’, predelay: 0, fadeInSpeed: 200, delay: 400, fadeOutSpeed: 200, position: ‘top right’, relative: true, offset: [10, 10], });, cette « expérimentation » pendant les Jeux olympiques doit être vue comme une simple étape vers la légitimation et la pérennisation de ces technologies. En évoquant un dispositif au caractère temporaire et réversible, ce concept d’« expérimentation », permet de rendre une technologie aussi controversée que la VSA plus facilement acceptable pour le public.

Le caractère expérimental permet également de sortir du cadre classique juridique d’examen de proportionnalité. Ainsi l’évaluation ne portera pas sur les critères habituels de nécessité vis à vis d’un objectif d’intérêt public ou de proportionnalité vis à vis des atteintes aux droits. Non, l’évaluation sera plutôt guidée par une approche pragmatique et opérationnelle. On peut imaginer que seront pris en compte le nombre de cas détectés ou le nombre d’interpellations, sans mesurer leur réelle utilité sur la sécurité en tant que politique publique globale, et ce, dans la lignée de la politique du chiffre conduite depuis des années par le Ministère de l’intérieur.

Surtout, on peine à voir comment l’État abandonnerait soudainement une technologie dans laquelle il a tant investi et à laquelle il a déjà cédé énormément de place dans les pratiques policières. Les exemples passés nous montrent que les projets sécuritaires censés être temporaires sont systématiquement prolongés, telles que les boites noires de la loi Renseignement ou les dispositions dérogatoires de l’état d’urgence.

L’issue du comité d’évaluation risque donc d’être surdéterminée par les enjeux politiques et économiques : si l’efficacité policière de ces technologies est jugée satisfaisante, on appellera à les pérenniser ; dans le cas contraire, on évoquera la nécessité de poursuivre les processus de développement afin que ces technologies parviennent à un stade de maturation plus avancé, ce qui justifiera de proroger le cadre expérimental jusqu’à ce que, in fine, elles aient fait leurs preuves et qu’on puisse alors établir un cadre juridique pérenne. À la fin, c’est toujours la police ou les industriels qui gagnent. Or, nous le répétons depuis des années : le choix qui devrait s’imposer à toute société qui se prétend démocratique est celui de l’interdiction pure et simple de ces technologies. Mais il est clair qu’en l’absence de pression citoyenne en ce sens, ni le gouvernement, ni la CNIL, ni la plupart des autres acteurs invités à se prononcer sur les suites à donner à l’expérimentation de la VSA ne voudront envisager de refermer la boîte de Pandore.

Le public au service du privé

Le décret du 11 octobre 2023 prévoit également la création d’un « comité de pilotage » au sein du ministère de l’Intérieur, chargé de la mise en œuvre de cette surveillance « expérimentale ». Celui-ci sera confié à Julie Mercier, cheffe de la direction des entreprises et partenariats de sécurité et des armes (Depsa). Cela est peu surprenant mais révélateur, une fois de plus, des réels intérêts en jeu ici. La Depsa est dotée d’un département « des industries et innovations de sécurité » qui est présenté comme devant assurer « l’interface et le dialogue avec les entreprises productrices de moyens de sécurité » ainsi que participer « à la veille technologique et industrielle » et « au contrôle des investissements étrangers en France et au suivi des entreprises à protéger prioritairement ». Ainsi, sa raison d’être est de stimuler et influencer le marché privé de la sécurité, voire d’aller prodiguer directement des conseils lors de réunions des lobbys de la surveillance. On pourrait être surpris de voir de tels objectifs et pratiques orientées vers le privé dans le fonctionnement d’un ministère régalien. Il s’agit pourtant d’une politique assumée et enclenchée il y a une dizaine d’années, et dont le paroxysme a été à ce jour la loi Sécurité globale consacrant le « continuum de sécurité » entre public et privé.

Lors du salon Mlilipol – grand-messe du marché de la sécurité et de la surveillance – qui s’est tenu en novembre dernier en région parisienne, et où les Jeux olympiques étaient à l’honneur, Julie Mercier expliquait ainsi vouloir « participer à la construction de la base industrielle et technologique de sécurité », car « les entreprises, et pas seulement les grands opérateurs, sont essentielles dans l’expression du besoin et dans la structuration de la filière ». Pour elle, le programme d’expérimentations mis en place en 2022 par le ministère de l’Intérieur dans la perspective des Jeux olympiques a permis d’enclencher une « dynamique vertueuse ». Ce mélange des genres démontre un des objectifs principaux de l’expérimentation : promouvoir le marché privé de la surveillance numérique, en l’associant étroitement aux politiques publiques.

Et maintenant ?

Les expérimentations devraient donc être mises en route dans les prochaines semaines. En théorie, la loi prévoyait une première étape de « conception » des algorithmes, qui nous inquiétait particulièrement. Dans le but de paramétrer les logiciels, elle autorisait de façon inédite le Ministère de l’intérieur à utiliser les images des caméras publiques afin d’améliorer les algorithmes. La CNIL s’est même inquiétée dans sa délibération de l’absence d’information des personnes qui, par leur présence sur une image, nourrirait des logiciels.

Sauf que du fait du retard du processus (l’État voulait initialement débuter les expérimentations lors de la coupe du monde de rugby) couplée à l’impatience des entreprises et de la police et au risque du fiasco si la VSA était en fin de compte remise sur l’étagère, le ministère de l’Intérieur s’est décidé à passer rapidement à la phase de mise en œuvre à travers l’acquisition de solutions toutes prêtes. Cependant, cela ne réduit aucunement les craintes à avoir. Si les logiciels sont censés répondre à un ensemble de critères techniques définis par la loi, l’opacité régnant sur ces technologies et l’absence de mécanisme de transparence empêche de facto de connaître la façon dont ils ont été conçus ou la nature des données utilisées pour l’apprentissage.

Après avoir été auditées et certifiées par une autorité tierce4D’après l’avis d’attribution de l’appel d’offre, il s’agira du Laboratoire National de Métrologie et d’Essais (LNE), inconnu au bataillon. jQuery(‘#footnote_plugin_tooltip_23003_2_4’).tooltip({ tip: ‘#footnote_plugin_tooltip_text_23003_2_4’, tipClass: ‘footnote_tooltip’, effect: ‘fade’, predelay: 0, fadeInSpeed: 200, delay: 400, fadeOutSpeed: 200, position: ‘top right’, relative: true, offset: [10, 10], });, ces solutions seront donc intégrées au plus vite aux infrastructures de vidéosurveillance dans les zones où les préfectures en feront la demande. Chaque autorisation fera l’objet d’un arrêté préfectoral rendu public, ce qui devrait permettre de connaître l’emplacement, la nature et la durée de la surveillance mise en place.

Nous les attendrons au tournant. L’expérimentation de la VSA ne doit pas rester invisible. Au contraire, il nous faudra collectivement documenter et scruter ces arrêtés préfectoraux afin de pouvoir s’opposer sur le terrain et rendre matérielle et concrète cette surveillance de masse que tant veulent minimiser. La voix des habitantes et habitants des villes, des festivalier·es, des spectateur·ices, de l’ensemble des personnes qui seront sous l’œil des caméras, sera cruciale pour rendre visible l’opposition populaire à ces technologies de contrôle. Dans les prochains mois, nous tâcherons de proposer des outils, des méthodes et des idées d’actions pour y parvenir et lutter, avec vous, contre l’expansion de la surveillance de masse dans nos rues et dans nos vies.

References[+]

References
1 Pour une analyse plus approfondie de nos critiques sur la VSA, vous pouvez lire notre rapport de synthèse envoyé aux parlementaires l’année dernière ou regarder cette vidéo de vulgarisation des dangers de la VSA.
2 Si les Jeux Olympiques constituent sans aucun doute un moment « exceptionnel » au regard du nombre inédit de personnes qui seront au même moment dans la région parisienne, la surveillance n’est pas la réponse à apporter. Nous démontions l’année dernière l’idée selon laquelle les technologies sécuritaires auraient pu modifier le cours du « fiasco » de la finale de la Ligue des champions au Stade de France. Comme nous l’exposons, celle-ci n’était causée par rien d’autre qu’une mauvaise gestion stratégique du maintien de l’ordre. Pour pallier à ces défaillances humaines, auraient été utiles non pas la VSA ou la reconnaissance faciale mais un véritable savoir-faire humain de gestion de la foule, des compétences logistiques, des interlocuteurs parlant plusieurs langues….
3 Plusieurs rapports parlementaires préconisent déjà d’aller plus loin en généralisant le recours à la reconnaissance faciale en temps réel ou la VSA en temps différé, massivement utilisée de façon illégale dans les enquêtes judiciaires. Voir ainsi le rapport de 2022 des sénateurs Marc-Philippe Daubresse (LR), Arnaud de Belenet et Jérôme Durain (PS) sur « la reconnaissance biométrique dans l’espace public » et le rapport de 2023 des députés Philippe Latombe (Modem) et Philippe Gosselin (LR) « sur les enjeux de l’utilisation d’images de sécurité dans le domaine public dans une finalité de lutte contre l’insécurité ». Le gouvernement français s’est également ménagé d’importantes marges de manœuvre pour ce faire à travers son lobbying féroce autour du règlement IA, afin de tenir en échec toute limitation un tant soit peu significative de la surveillance biométrique des espaces publics.
4 D’après l’avis d’attribution de l’appel d’offre, il s’agira du Laboratoire National de Métrologie et d’Essais (LNE), inconnu au bataillon.

function footnote_expand_reference_container_23003_2() { jQuery(‘#footnote_references_container_23003_2’).show(); jQuery(‘#footnote_reference_container_collapse_button_23003_2’).text(‘−’); } function footnote_collapse_reference_container_23003_2() { jQuery(‘#footnote_references_container_23003_2’).hide(); jQuery(‘#footnote_reference_container_collapse_button_23003_2’).text(‘+’); } function footnote_expand_collapse_reference_container_23003_2() { if (jQuery(‘#footnote_references_container_23003_2’).is(‘:hidden’)) { footnote_expand_reference_container_23003_2(); } else { footnote_collapse_reference_container_23003_2(); } } function footnote_moveToReference_23003_2(p_str_TargetID) { footnote_expand_reference_container_23003_2(); var l_obj_Target = jQuery(‘#’ + p_str_TargetID); if (l_obj_Target.length) { jQuery( ‘html, body’ ).delay( 0 ); jQuery(‘html, body’).animate({ scrollTop: l_obj_Target.offset().top – window.innerHeight * 0.2 }, 380); } } function footnote_moveToAnchor_23003_2(p_str_TargetID) { footnote_expand_reference_container_23003_2(); var l_obj_Target = jQuery(‘#’ + p_str_TargetID); if (l_obj_Target.length) { jQuery( ‘html, body’ ).delay( 0 ); jQuery(‘html, body’).animate({ scrollTop: l_obj_Target.offset().top – window.innerHeight * 0.2 }, 380); } }

Cet article est paru en premier sur laquadrature.net

Cet article est paru en premier sur le site https://www.laquadrature.net/2024/01/26/vsa-et-jeux-olympiques-coup-denvoi-pour-les-entreprises-de-surveillance/