VSA : l’Assemblée discute déjà son extension aux transports

Alors que les expérimentations de vidéosurveillance algorithmique (VSA) prévues par la loi relative aux Jeux Olympiques ont à peine débuté et qu’aucune évaluation n’a encore été réalisée, le gouvernement passe déjà à la vitesse supérieure. Mercredi 15 mai, la commission des lois de l’Assemblée va discuter d’une proposition de loi visant à légaliser une nouvelle forme de VSA, en utilisant cette fois-ci comme excuse la sécurité dans les transports. Derrière ce texte passé presque inaperçu se cache une nouvelle avancée sécuritaire mais surtout un agenda politique assumé : celui de la généralisation sur le long terme des technologies de surveillance algorithmique des espaces publics. Le rapporteur Clément Beaune a refusé de nous auditionner. Pourtant nous aurions eu beaucoup à lui dire sur les dangers de cette technologie et les contradictions du gouvernement qui trahit sans scrupule les promesses formulées il n’y a même pas un an.

Vous vous souvenez de la loi Sécurité globale ? Voici sa petite sœur, la proposition de loi « relative au renforcement de la sûreté dans les transports ». Adoptée en février par le Sénat, ce texte propose les pires projets sécuritaires : captation du son dans les wagons, pérennisation des caméras-piétons pour les agent·es et extension aux chauffeur·euses de bus, autorisation donnée aux régies de transports pour traiter des données sensibles (ce qui permettrait de collecter des données liées à l’origine raciale, les données de santé ou encore les opinions religieuses et politiques) ou encore transmission directe au ministère public des procès-verbaux d’infractions commises dans les transports.

Expérimenter pour banaliser et légitimer

Mais surtout, cette proposition de loi envisage une nouvelle expérimentation de la vidéosurveillance algorithmique jusqu’en 2027. Son article 9 est un quasi copié-collé de l’article 10 de la loi relative aux Jeux olympiques adoptée l’année dernière et qui prévoyait l’utilisation d’algorithmes de reconnaissance de comportements dans un cadre soit-disant « expérimental » pour tout évènement récréatif, sportif et culturel. Alors que les premiers déploiements ont à peine commencé, que des sénateur·rices ont constaté dans un récent rapport que ces dispositifs ne seront pas suffisamment opérationnels pour les JO de Paris et que l’évaluation prévue par la loi n’a pas encore été faite, ce nouveau texte discuté demain propose de rendre légal un autre type de logiciel d’analyse de flux vidéos.

En l’occurrence, il s’agirait d’autoriser des traitements de données ayant pour but d’« extraire et exporter les images » réquisitionnées par la police dans le cadre d’enquêtes pénales. Derrière cette formule floue, nous devinons qu’il s’agit en réalité des algorithmes de VSA dits « a posteriori » dont nous documentons l’usage depuis des années dans le cadre de l’initiative Technopolice.

En effet, s’il est très facile d’effectuer une recherche dans un document texte, la tâche s’avère plus compliquée et chronophage lorsqu’il s’agit d’effectuer une recherche dans un flux vidéo. La VSA « a posteriori » permet d’ automatiser des recherches dans des archives vidéo. Comme nous l’expliquons dans notre brochure détaillée publiée début mai, cela consiste à lancer des requêtes de reconnaissance d’image afin de faire remonter l’ensemble des bandes vidéos correspondant à certains critères thématiques comme détecter l’ensemble des hommes portant un t-shirt jaune et un pantalon noir repérés dans une zone géographique donnée durant les dernières 24h. Concrètement, cela permet de retracer le parcours de quelqu’un dans une ville. La VSA peut également raccourcir le temps de visionnage en condensant des heures ou des jours de vidéos en quelques minutes. Le rôle de la VSA dans cet usage est de sélectionner les passages susceptibles d’intéresser la police et de faire une ellipse sur le reste du temps de vidéo. Cette technologie repose sur l’analyse et le tri des caractéristiques biométriques des personnes, ce qui la rend totalement illégale.

Le plus connu des logiciels permettant de tels usages est celui de Briefcam, une entreprise israélienne rachetée par le groupe japonais Canon. Pas moins de 200 villes françaises seraient dotées de sa technologie de VSA, qui permet aussi de faire de la reconnaissance faciale. Le manuel d’utilisation que nous avons obtenu ainsi que les vidéos promotionnelles1 Voir notamment cette vidéo à partir de 3:12 jQuery(‘#footnote_plugin_tooltip_23556_2_1’).tooltip({ tip: ‘#footnote_plugin_tooltip_text_23556_2_1’, tipClass: ‘footnote_tooltip’, effect: ‘fade’, predelay: 0, fadeInSpeed: 200, delay: 400, fadeOutSpeed: 200, position: ‘top right’, relative: true, offset: [10, 10], }); sont parlantes quant aux capacités de ces algorithmes de tri et de catégorisation des personnes, considérés comme de simples « objets ».

Comme toute technologie de VSA, elle permet à la police d’augmenter son contrôle de l’espace public, réduisant ainsi l’anonymat et les libertés que l’on y exerce. Mais la VSA étend également les logiques policières en les automatisant. Toute décision opérée sur le logiciel ne fait que refléter un choix humain, en l’occurrence celui des policiers, et généralise les habitudes qu’ils ont en matière de surveillance de l’espace public. Qu’il s’agisse des critères physiques choisis pour mettre en œuvre des filtres de tri et de repérage (par exemple, un homme vêtu d’un jogging et d’une casquette), des lieux ciblés par cette analyse (abords d’un lieu militant ou quartier populaire…) ou encore de la fonctionnalité choisie (pour retrouver le parcours de quelqu’un ou pour ne repérer qu’une certaine catégorie de personne), chacune des utilisations de cette VSA renforce des pratiques policières discriminantes et créé un risque supplémentaire de surveillance.

Une hypocrisie de plus : légaliser l’illégal

Bien que ces logiciels soient massivement utilisés par la police dans de nombreuses villes de France, et ce en toute illégalité, la proposition de loi discutée ce mercredi cantonne « l’expérimentation » aux transports pour trois ans. En pratique, seules la RATP ou la SNCF seront donc autorisées par la loi à avoir recours à ces algorithmes, et uniquement pour répondre à des réquisitions d’enregistrements dans le cadre d’enquêtes pénales. Plutôt que de condamner ces utilisations illégales et massives de VSA, le gouvernement a donc choisi de les légitimer au travers d’un texte qui semble en apparence circonscrit et proportionné. Comme pour la loi relative aux Jeux Olympiques, le gouvernement souhaite avancer par « petit pas » pour mettre en œuvre sa stratégie de légalisation, en concentrant l’attention sur un spectre réduit d’usages encadrés par des lois « expérimentales ».

Usages de la VSA

Ces cadres « expérimentaux » permettent de donner l’apparence d’un aspect éphémère et réversible pour construire l’acceptabilité sociale d’une technologie autoritaire. Mais il ne fait que peu de doute que ces dispositifs seront soit pérennisés soit étendus à de nouveaux usages L’arrivée de ce texte, un an à peine après celui de la loi JO, en est le meilleur exemple. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que les transports aient été choisis pour mettre en application cette nouvelle accélération. En effet, ceux-ci jouent un rôle moteur dans la promotion de la VSA en France. En 2022, la CNIL avait lancé une consultation publique sur le sujet et les contributions de la RATP et de la SNCF étaient éloquentes quant à leurs intentions de surveillance.

Aussi, comme l’a rappelé Mediapart, la SNCF expérimente régulièrement depuis 2017, de façon totalement illégale, plusieurs logiciels de surveillance dans les gares achetés auprès de plusieurs entreprises. Début mai, nous avons dénoncé à la CNIL un de ces programmes illégaux mis en œuvre par la SNCF, Prevent PCP, qui vise à faire de la filature automatisée de personnes dans les gares, sur la base de leurs attributs physiques et biométriques, sous prétexte de retrouver les personnes qui abandonneraient un bagage en gare. Quant à la RATP, elle a expérimenté la vidéosurveillance algorithmique dans ses rames et sur ses quais avec Evitech et Wintics. Bref, la proposition de loi apparaît taillée sur mesure pour légaliser une partie des dispositifs de VSA d’ores et déjà utilisés illégalement par la SNCF ou la RATP.

Un Parlement instrumentalisé

Qu’il s’agisse de cette proposition de loi sur les transports ou de la loi relative aux Jeux olympiques adoptée en mai 2023, l’intention qui préside à ces textes n’est pas d’engager une discussion sincère sur l’utilité de la VSA, mais d’entériner des états de fait. Le Sénat et l’Assemblée nationale apparaissent alors comme de simples chambre d’enregistrement du gouvernement, qui trahit ses engagements et multiplie les manœuvres rendant impossible un réel débat parlementaire.

En effet, celui-ci n’a pas peur de s’asseoir sur ses promesses faites l’année dernière aux député·es et sénateur·ices. Lors des débats sur la loi sur les Jeux Olympiques, aussi bien le rapporteur Guillaume Vuilletet que Gerald Darmanin assuraient mordicus aux parlementaires inquiets que de nombreuses garanties avaient été prévues, et notamment puisqu’il s’agissait d’une « expérimentation », que seul l’aboutissement d’un processus d’évaluation permettrait d’aller plus loin. Les modalités de cet examen ont été précisées par un décret du 11 octobre 2023 et un comité a été nommé pour rendre un rapport d’ici fin mars 2025. Mais ces gardes-fous, pourtant votés par la représentation nationale il y a un an, sont balayés d’un revers de main aujourd’hui : sans attendre ce rapport, le gouvernement préfère avancer, en assumant avoir menti aux parlementaires.

D’autre part, le processus législatif qui entoure ce texte sur les transports démontre que le gouvernement refuse au Parlement les conditions d’un débat serein et approfondi. Comme son nom l’indique, ce texte est une proposition de loi, c’est à dire une initiative parlementaire et non gouvernementale, déposée en l’occurrence par Philippe Tabarot, un sénateur LR. Celui-ci n’est pas sans lien avec le sujet puisqu’il a été plusieurs années à la tête de la régie des transports PACA puis vice-président de la Commission des transports de Régions de France.

Or, compte tenu du fait qu’il s’agit d’une proposition de loi de l’opposition, ce texte ne pouvait en théorie être transféré à l’Assemblée qu’au travers d’une « niche » du parti LR. C’était sans compter la volonté de l’exécutif de le mettre à l’ordre du jour de son propre chef. En outre, le gouvernement n’a pas hésité à recourir une fois de plus à l’excuse des Jeux olympiques pour déclencher une procédure accélérée pour l’examen du loi, prétextant que ce texte devait entrer en vigueur avant cet évènement en juillet. Mais ce n’est pas tout. Alors que l’année dernière, pour la loi JO, le gouvernement avait au minimum posé les conditions d’un examen parlementaire informé, ici aucune étude d’impact, aucun avis de la CNIL, aucune explication de la technologie couverte par l’article 9 n’a été publiée ou transmise aux parlementaires.

Les député·es vont donc voter un texte sans comprendre les implications techniques et les conséquences en termes de surveillance de cet usage de la VSA, qui sera très probablement minimisée et mal expliquée par le rapporteur Clément Beaune. D’ailleurs, ce dernier ne semble pas disposé à un quelconque débat : lorsque nous lui avons demandé à être auditionné afin d’en savoir plus sur le contenu de ce texte ainsi que pour alerter sur ses dangers, l’administration de l’Assemblée nationale a refusé, prétextant un « calendrier trop chargé ».

Faire passer un texte à toute vitesse, faire primer l’opportunisme politique sur la transparence démocratique et refuser d’écouter une association de défense des droits qui travaille depuis des années sur le sujet, c’est tout le jeu démocratique qui est bafoué. Une fois de plus, il n’y a aucune volonté de la part des pouvoirs publics d’examiner sincèrement l’utilité ou les dangers de la VSA, et encore moins de démanteler l’infrastructure de surveillance illégalement déployée depuis des années. En réalité, les intérêts politiques et sécuritaires priment et les garde-fous démocratiques sont réduits à de purs instruments cosmétiques.

Cette proposition de loi sur les transports constitue une étape de plus dans le déploiement de la surveillance automatisée des rues, au bénéfice de la police et des industriels de la Technopolice. Alors que le gouvernement ne s’embarrasse même plus à permettre les conditions d’un débat parlementaire, mobilisons-nous ! Interpellez votre député·e sur ce texte ou bien créez vous-même la contestation dans votre ville ou votre département. Car à coté de ces débats législatifs, la VSA continue de s’installer de façon illégale à travers le pays, souvent à l’échelon des collectivité locales. Pour dénoncer cette hypocrisie et refuser le projet de société de surveillance de l’espace public, nous avons lancé un kit de mobilisation il y a deux semaines. Vous pouvez y trouver ressources, modes d’action et des affiches pour faire valoir une opposition populaire à la VSA. Rejoignez la campagne sur www.laquadrature.net/vsa, et si vous le pouvez, faites un don sur www.laquadrature.net/donner !

References[+]

References
1 Voir notamment cette vidéo à partir de 3:12

function footnote_expand_reference_container_23556_2() { jQuery(‘#footnote_references_container_23556_2’).show(); jQuery(‘#footnote_reference_container_collapse_button_23556_2’).text(‘−’); } function footnote_collapse_reference_container_23556_2() { jQuery(‘#footnote_references_container_23556_2’).hide(); jQuery(‘#footnote_reference_container_collapse_button_23556_2’).text(‘+’); } function footnote_expand_collapse_reference_container_23556_2() { if (jQuery(‘#footnote_references_container_23556_2’).is(‘:hidden’)) { footnote_expand_reference_container_23556_2(); } else { footnote_collapse_reference_container_23556_2(); } } function footnote_moveToReference_23556_2(p_str_TargetID) { footnote_expand_reference_container_23556_2(); var l_obj_Target = jQuery(‘#’ + p_str_TargetID); if (l_obj_Target.length) { jQuery( ‘html, body’ ).delay( 0 ); jQuery(‘html, body’).animate({ scrollTop: l_obj_Target.offset().top – window.innerHeight * 0.2 }, 380); } } function footnote_moveToAnchor_23556_2(p_str_TargetID) { footnote_expand_reference_container_23556_2(); var l_obj_Target = jQuery(‘#’ + p_str_TargetID); if (l_obj_Target.length) { jQuery( ‘html, body’ ).delay( 0 ); jQuery(‘html, body’).animate({ scrollTop: l_obj_Target.offset().top – window.innerHeight * 0.2 }, 380); } }

Cet article est paru en premier sur laquadrature.net

Cet article est paru en premier sur le site https://www.laquadrature.net/2024/05/14/vsa-lassemblee-discute-deja-son-extension-aux-transports/